Connect with us

La Vie est belle (Capra), extrait d’Un siècle de cinéma américain

Extrait

La Vie est belle (Capra), extrait d’Un siècle de cinéma américain

La Vie est belle (Capra), extrait d’Un siècle de cinéma américain

Hollywood a largement contribué au succès populaire du septième art dans le monde et témoigné de l’inventivité des cinéastes, acteurs, scénaristes et autres monteurs ou compositeurs en produisant nombre de chefs-d’œuvre.
Cent films de référence qui renvoient à des centaines d’autres qui ont construit l’histoire de cet art né à l’orée du XXe siècle et devenu une industrie. Cent films pour emmener le lecteur dans un voyage au travers de nombreux genres, du western à la comédie musicale, de la science-fiction au film noir en passant par l’étude de mœurs ou le film de guerre.

Extrait du tome 1, Le règne des studios et l’âge d’or :
1930-1960 par Benoît Gourisse aux éditions LettMotif

La Vie est Belle (Frank Capra)

La Vie est belle est un film qui invite tous les êtres humains à oublier quelques instants la dureté des hommes pour observer leur beauté et leur bonté, souvent dissimulées.

Globalement l’œuvre de Capra est la plus touchante, morale, et naïve aussi, de l’histoire d’Hollywood. Chez Capra, la compréhension mutuelle et l’intelligence viennent à bout des situations conflictuelles.

Les mauvais hommes sont in fine convaincus, après avoir vu la noblesse des bons, qu’ils faisaient fausse route, et les riches prennent pitié pour les pauvres. Naïf mais beau, tout simplement.

Un véritable réquisitoire contre la lutte des classes aussi. Car si Capra constate et déplore l’inégalité et la cupidité, et s’il est le plus ardent porte-parole à Hollywood, avec John Ford, de la solidarité, de la générosité mutuelle, jamais il n’est tenté par l’idéologie de lutte et parfois symbolisée au cinéma par Chaplin.

Il croit en la bonté des individus et porte son message à travers des personnages aussi improbables qu’universels. Qu’il s’agisse de Longfellow Deeds, le milliardaire qui rêve de faire le bonheur des pauvres, de Jefferson Smith, le provincial intègre qui combat la corruption morale et politique du Sénat américain, ou de George Bailey, tous ont cette même lueur dans le regard, ce charisme et cette pugnacité qui forcent le respect de leurs plus farouches adversaires. Et ces personnages ont largement contribué à l’image de James Stewart dans les années trente et quarante, avant que l’acteur trouve des rôles plus ambigus dans les westerns d’Anthony Mann et les films d’Alfred Hitchcock.

Le message de Capra passe d’autant mieux que le cinéaste utilise la comédie. Dans cette perspective il alterne les films purement burlesques (New York-Miami, Arsenic et vieilles dentelles), les comédies sociales (L’Extravagant Mr. Deeds, You can’t take it with you). La Vie est belle est entre les deux. On rit peu mais sourit souvent. On s’émeut également devant les multiples épreuves traversées par le personnage de George Bailey.

À mesure que le film avance, on se rend également compte que La Vie est belle doit son univers à deux autres films de Capra : Les Horizons perdus, film fondateur du mythe de Shangri-La, réalisé en 1937, et Vous ne l’emporterez pas avec vous réalisé en 1938. Entre la gravité philosophique du premier et le burlesque du second, cette dernière comédie tournée par Capra avec James Stewart est devenue sa plus emblématique, un film porté par la postérité au rang des contes de Noël adorés des Américains, au même titre que Le Magicien d’Oz de Victor Fleming.

Dans La Vie est belle, il narre un conte de Noël, d’une grande noblesse, alternant avec merveille l’émotion, la drôlerie et la gravité. Un conte porté par un personnage improbable d’ange interprété par Henry Travers. C’est l’intervention de cet ange qui donne à la deuxième partie du film sa magie demeurée intacte 70 ans après sa sortie.

La Vie est belle est un monument, l’un de ses films que l’on revoit régulièrement en étant pris par les mêmes émotions, par cette même vague de jubilation qui donne au dernier quart d’heure une dimension unique. Le spectateur est comme happé par l’écran et porté par l’allégresse d’une séquence propre à ancrer une foi inébranlable en l’homme dans l’esprit du plus farouche misanthrope.

Capra était un humaniste, quelqu’un qui croyait en la noblesse de l’Homme, et si son cinéma n’est pas aussi complet que celui de John Ford, l’autre grand humaniste d’Hollywood, d’origine irlandaise quant à lui (Capra était italien), il est probablement plus militant encore.

La Vie est belle était le film préféré de James Stewart et de Frank Capra.

Le hasard et les choix de vie

La célèbre scène d’ouverture de La Vie est belle, des voix figurant un dialogue entre anges prenant la forme d’étoiles dans la nuit, met en parallèle un destin cosmique d’anges gardiens avec un destin terrestre, celui de George Bailey.

Avant d’envoyer Clarence sur Terre pour aider George, les anges doivent raconter la vie de George Bailey. C’est dans cette exposition que Capra revient à l’écriture cinématographique de ses comédies des années trente, New York-Miami ou Vous ne l’emporterez pas avec vous particulièrement : les scènes sont courtes, la caméra, mobile, le montage, serré et chaque séquence apporte un éclairage précis sur le chemin de vie de George, depuis son enfance jusqu’à l’âge adulte.

Et tout n’est que hasards, chanceux ou malheureux, et choix devant être faits en une fraction de seconde et pouvant avoir des conséquences dramatiques.

Le sauvetage par George de son jeune frère Harry menacé de se noyer et bien sûr la bouleversante séquence chez le pharmacien Gower qui, traumatisé par la mort de son fils, se trompe dans ses formules et prépare inconsciemment un poison que George choisira de ne pas distribuer sont les deux premiers moments forts du film. Des moments brefs, des hasards et des choix… Ce sera le leitmotiv de tout le film.

Bailey est l’archétype du personnage dont la vie est rythmée par des hasards l’obligeant à faire des choix difficiles. Il rêve de quitter Bedford Falls, de connaître le monde, de faire une grande carrière. Il en sera toujours empêché (à cet égard le film a grandement inspiré le chef-d’œuvre d’animation Là-haut, réalisé par Pete Docter pour les studios Pixar en 2008).

Il refuse de prendre la succession de son père à la tête d’une officine de crédit. La mort de celui-ci l’y contraindra et George verra ses amis partir dans les grandes villes alors que lui restera coincé à Bedford Falls.

Il doit partir en voyage de noces… le krach de 1929 survient le jour de son mariage. Les épargnants paniquent… Il leur donnera tout l’argent perçu à l’occasion du mariage pour leur venir en aide.

Beaucoup de critiques ont relevé à raison que George Bailey est un personnage sacrificiel : il renonce à tout ce qu’il désirait pour les autres, au nom d’une priorité supérieure, ici la justice sociale. Sa vie est une succession d’actes manqués.

Et parfois ses choix paraissent accidentels. La séquence de séduction de Mary, depuis toujours amoureuse de lui alors qu’il est indifférent, est l’une des plus belles du film. Entre rejet, attirance et peur, sans aucun dialogue entre eux et tirant sa force du quiproquo créé par la présence d’un téléphone au bout duquel se morfond le fiancé annoncé de Mary, cette séquence est fondamentale, car elle annonce que le bonheur est à portée de la main pour George alors que lui le croit inaccessible.

Les choix de George vont petit à petit creuser sa dépression, car il voit un destin merveilleux mais fictif échapper, alors que son destin lui apparaît triste. Il a évidemment tort et ce sera tout l’objet de la fin du film que de le démontrer.

Le hasard lui a fait sauver des hommes mais abandonner ses rêves. Il verra dans la perte des 8.000 dollars par son oncle Billy le dernier hasard malheureux de sa vie, celui qui fera dire à l’ignoble Potter – formidable Lionel Barrymore dans un rôle exactement à l’opposé de celui qu’il tenait dans You can’t take it with you neuf ans auparavant – que Bailey vaut plus cher mort que vivant.

Grâce à sa très longue exposition, Capra rappelle une vérité qui peut sembler un cliché mais qui, si l’on y réfléchit quelques secondes, est profonde : la vie n’est qu’une succession de choix et de hasards, et certains auront une importance immense alors même qu’ils paraissent dérisoires lorsqu’ils surviennent.

Ces choix sont bien sûr au cœur du système social américain : chaque être est libre de saisir ou non les opportunités qui se présentent à lui. Cette liberté totale est le ciment des États-Unis. Elle est aussi dangereuse car elle porte en elle les germes de l’inégalité.

La société américaine : où trouver l’équilibre entre égalitarisme et liberté ?

Lorsqu’est survenue la crise dite des subprimes en 2007 et l’effondrement du marché de l’immobilier résidentiel aux États-Unis (dans certains pays d’Europe également, l’Espagne notamment) provoquant des milliers d’expropriations et la misère pour des foyers insolvables, l’une des premières questions soulevées en Europe fut de savoir ce qu’étaient exactement les subprimes et qui fournissait ce type de crédit. La réponse se trouve dans La Vie est belle de Frank Capra : l’officine de crédit non bancaire, dirigée par George Bailey et son oncle, a pour objet de permettre à des Américains modestes, voire pauvres d’être propriétaires, d’avoir leur maison. Le prix pour cela, c’est de prêter à des foyers qui objectivement n’ont pas les moyens de rembourser.

C’est l’un des ciments sociaux de l’Amérique : en l’absence de vrai système de pension (pris au sens anglo-saxon, c’est-à-dire de retraite par répartition) et d’un système d’assurance maladie fondé sur la solidarité collective, les États-Unis considèrent que la première des garanties et la première des libertés, c’est de posséder sa maison et un coin de terre.

Chacun est libre de posséder sa maison et trouvera une forme de financement ou une autre. Le subprime, c’est le fait de prêter à des foyers dont la solvabilité est insuffisante mais en ayant confiance dans le fait (et cela encore est totalement américain) que demain sera un jour meilleur, que ces foyers gagneront mieux leur vie et qu’en tout état de cause leur maison vaudra plus.

Ce système a permis de sortir des millions d’Américains de la misère et d’un système de crédit et d’épargne malsain entièrement tenu par des banques universelles qui furent, à la suite du krach de 1929 et du New-Deal de Franklin D. Roosevelt, obligées de scinder leurs activités (cette loi est plus connue sous le nom de Glass Steagall Act). Ce système était vertueux dans son principe et l’on se souvient de l’éloquente critique de l’ancien système purement bancaire par John Steinbeck notamment, dans Les Raisins de la colère, qui montrait comment les grandes banques expropriaient les fermiers de l’Oklahoma.

La building and loan agency tenue par George Bailey est un système de solidarité, de partage, destiné à corriger les effets inégalitaires d’une liberté absolue qui dans les faits favorisait les forts et laissait les faibles sur le bord du chemin. C’est ce système qui permet de combattre l’emprise des grandes banques et il sera ensuite sécurisé par deux agences de garantie, Fanny Mae et Freddy Mac. C’est la vertu de ce système correcteur des déséquilibres sociaux que souligne Frank Capra dans tout son film. C’est aussi ce système qui s’effondrera en 2007 et 2008.

C’est l’égalité remise au cœur du débat dans un pays qui misait tout sur la liberté. À bien y réfléchir, les débats économiques et sociaux ayant cours en Europe depuis plusieurs années ne sont pas si éloignés lorsque l’on confronte la maîtrise de l’endettement, vision libérale de l’économie conduisant à l’inégalité car interdisant l’accès au crédit aux plus faibles, et la relance par l’endettement, vision plus égalitaire mais pouvant présenter le danger d’un surendettement insupportable.

Tous ces thèmes sont présents dans La Vie est belle. Étudiés à travers des personnages simples, universels – le gentil prêteur Bailey et l’odieux banquier Potter –, ils n’en sont pas moins clairement identifiés et Capra donne évidemment sa préférence au système permettant aux plus faibles d’être propriétaires de leur maison, d’avoir accès à un confort décent.

Les États-Unis ont toujours été excessifs. Excessifs dans l’absence de loi (dans l’Ouest sauvage jusque dans les années 1920) ou, au contraire, dans l’excès de loi (la prohibition de l’alcool érigée en principe constitutionnel par le 18e amendement puis supprimée par le 21e amendement, c’est-à-dire ayant la même valeur que l’interdiction de l’esclavage introduite en 1865 par le 13e amendement).

Excessifs dans leur prospérité comme dans leurs crises, les États-Unis ont toujours cherché à lutter contre les effets pervers des déséquilibres sociaux plutôt que de chercher à éviter les déséquilibres eux-mêmes. La liberté qui, si elle est totale, conduit à ces déséquilibres est toujours restée prioritaire sur l’égalité. En d’autres termes, les États-Unis ont toujours considéré qu’il valait mieux accepter l’inégalité qui résultait du libéralisme que rogner sur les libertés au nom de l’égalité.

C’est pourquoi, en l’absence d’intervention publique pour corriger les inégalités, c’est aux hommes de bonne volonté d’intervenir, à des George Bailey… mais aussi à des anges gardiens.

Un conte de Noël… plus religieux que social ?

Le social et le religieux sont très présents dans l’univers de Frank Capra. Lorsqu’il mettait en scène Les Horizons perdus et créait le mythe de Shangri-La, société fondée sur une égalité totale, il se référait indirectement à la religion : le sanctuaire avait été créé par un prêtre et avec le temps, les notions centrales du bouddhisme avaient infusé l’ensemble de cette microsociété perdue dans l’Himalaya.

On retrouve le religieux dans La Vie est belle. Des anges y parlent et y apparaissent. Les personnages y font des prières.

Dieu est un fait dans la société américaine. Oui, il faut des hommes de bonne volonté pour lutter contre les inégalités, mais il faut aussi l’intervention, directe ou indirecte, de Dieu.

En Europe, le film fut accueilli parfois fraîchement en partie à cause de cette référence immédiate et permanente à la religion.

Le personnage par qui viennent toutes les révélations sur le sens et l’importance de la vie, c’est Clarence, l’ange ayant figure de vieil homme resté enfant, un peu sage, un peu fou. Il montrera le malheur à George Bailey pour mieux faire comprendre ce qu’est le bonheur. Sans lui, Bailey se suiciderait et avec lui tout espoir de bonheur disparaîtrait.

L’idée sous-jacente semble donc bien être que la religion apporte un réconfort, que la prière, par le simple fait qu’elle oblige l’homme à se confronter à son malheur, peut permettre de surmonter ce malheur. Et Bailey revient à la vraie vie à la fin du film, en une nuit de Noël. Le parallèle entre sa renaissance et la naissance du Christ est évident et Capra multiplie, dans les chants, dans les mots d’enfants, dans les retrouvailles de George avec sa famille et ses proches, les clins d’œil au christianisme.

Le cinéaste insiste sur le parallèle entre les choix de Bailey et l’intervention des anges pour le sauver. Cette intervention tient à l’engagement de Bailey dans une voie respectant le christianisme dans son acception originelle : le sacrifice de soi pour les autres – autre parallèle évident avec le Christ –, le renoncement volontaire et assumé aux fortunes matérielles, la solidarité, l’amour d’autrui et la responsabilité individuelle.

Tous les choix faits par George sont conformes à l’enseignement du Christ tel que rapporté par les Évangiles. Et le spectateur, tout en comprenant la valeur de cette démarche, se dit souvent que de tels sacrifices personnels sont bien difficiles à concevoir. Capra insiste sur le fait que, faisant ces choix, Bailey renonce à parcourir le monde, ce que fera son frère Harry, ou encore à faire fortune comme son ami (et rival amoureux au début du film) Sam Wainwright.

Confronté au désespoir, Bailey sera secouru et son chemin de vie justifie sans doute que les anges lui viennent en aide.

Mais pour autant, cette aide philosophique apportée par Clarence ne suffit pas… Il faudra pour George une aide matérielle et là Capra abandonnera quelque peu la religion pour revenir à sa vision sociale, à une idée de solidarité générale que l’on voyait déjà à l’œuvre dans Vous ne l’emporterez pas avec vous et dans Mr. Smith au Sénat : c’est une notion de famille large, comme chez Ford. C’est l’ultime aboutissement, la dernière exaltation de la solidarité par Capra.

L’ultime aboutissement de l’œuvre de Capra

Comme toujours, Capra multiplie les personnages secondaires, les rend attachants, les aime et leur donne l’occasion de rendre cet amour.

Mr. Gower, le vieux pharmacien, est archétypal de l’univers de Capra. Sa brève apparition au début du film en père affligé de la mort de son fils donne à son geste de reconnaissance envers George à la fin du film une superbe métaphore du sens de la vie.

L’oncle Billy est bien sûr un autre personnage typique de l’univers de Capra. Thomas Mitchell, comme toujours merveilleux de candeur et de profondeur, retrouve Capra après Les Horizons perdus. Il est l’homme dévoué aux pauvres, plus encore que George Bailey, car lui aura toujours fait ce choix sans jamais hésiter. Aussi noble que l’était son personnage de médecin alcoolique dans La Chevauchée fantastique de John Ford, cet oncle Billy sera celui par qui le désespoir de George arrive mais il sera aussi celui qui à la fin mènera les amis de George, tel un roi mage…

Et il faudrait mentionner beaucoup d’autres personnages qui, gravitant autour de George, font sa grandeur : son épouse, superbement interprétée par Donna Reed, Violet (Gloria Grahame), Harry, le jeune frère brillant devant sa vie à George, ou encore Bert (Ward Bond).

Retrouvant les accents sociaux de ses films les plus engagés, notamment L’Homme de la rue et L’Extravagant Mr. Deeds avec Gary Cooper, Frank Capra va plus loin encore en appelant chaque être désespéré à mesurer la grandeur de la vie et de l’amour qui évidemment surpassent largement le malheur.

Il est ici question de vie et de mort, contrairement à Vous ne l’emporterez pas avec vous où l’enjeu restait romantique : un mariage.

En confrontant ses convictions sociales à la religion et à la mort, Capra va plus loin que dans ses autres films et signe finalement le testament de sa carrière. Après La Vie est belle il ne parviendra plus à retrouver cette flamme narrative ni cette ambition, et sa fin de carrière sera nettement en retrait de cette période dorée allant de New York-Miami, en 1935, à La Vie est belle en 1946 où il trouve l’alchimie entre la comédie, le drame social et le conte qui ont depuis contribué à sa légende. Combien de fois dans le cinéma moderne s’est-on référé à Capra pour qualifier les films mêlant la dimension de conte, le social et la comédie : La Rose pourpre du Caire de Woody Allen, Les Ailes du désir de Wim Wenders, Always de Steven Spielberg, Ghost de Jerry Zucker se sont largement inspirés de l’univers de Capra et notamment de La Vie est belle.

Ce film est en effet le sommet de l’œuvre de Capra, le film fondateur d’un cinéma ancrant le merveilleux dans un réalisme parfois sombre.

Jamais un cinéaste ne retrouvera cette alchimie.

La série de films réalisée par Capra durant cette décade est un exemple unique (l’œuvre de Chaplin s’en rapproche) de cohérence artistique visant l’exaltation de l’optimisme et de la bonté de l’être humain. Il était logique que La Vie est belle clôt le cycle après Les Horizons perdus, Vous ne l’emporterez pas avec vous, Mr. Smith au Sénat, L’Extravagant Mr. Deeds, L’Homme de la rue et Arsenic et vieilles dentelles.

Tout comme il était logique que Capra finisse ce cycle avec l’acteur qui incarnait le mieux les valeurs du cinéaste à l’écran : James Stewart.

Un dernier quart d’heure inoubliable pour l’adieu de James Stewart à l’idéalisme

Le dernier quart d’heure du film, explosion d’émotions arrachant au spectateur le plus profond sourire et les plus douces larmes, est peut-être la plus grande séquence jamais réalisée par Frank Capra. La foule d’amis venant aider George en lui rappelant tout ce qu’il leur a donné durant toute sa vie est un moment unique de cinéma emportant le spectateur dans le même tourbillon d’émotions que George Bailey.

Pour cette séquence, Capra avait besoin du charisme et de la candeur de James Stewart, acteur incarnant sans doute le mieux l’idéal du cinéaste.

Bailey est un personnage proche de Jefferson Smith dans Mr. Smith au Sénat. Il fallait que le cinéaste retrouve Stewart, sept ans après et alors qu’entre-temps il avait dirigé deux autres légendes d’Hollywood : Gary Cooper et Cary Grant.

Le couple Frank Capra/James Stewart est devenu avec la postérité aussi légendaire que les couples John Ford/John Wayne, Michael Curtiz/Errol Flynn ou, plus proche de nous, Sidney Pollack/Robert Redford ou Martin Scorsese/Robert de Niro. Et pourtant Capra et Stewart n’ont tourné que trois films ensemble… C’est bien peu en comparaison par exemple des 14 films tournés par Ford et Wayne.

La Vie est belle est la dernière collaboration des deux hommes. C’est aussi la dernière occasion pour James Stewart d’incarner un personnage idéaliste avant une décade marquée par des rôles beaucoup plus durs.

Dans les années cinquante, l’acteur donnera une nouvelle impulsion à sa carrière en incarnant des hommes au lourd passé et cherchant une rédemption (tiens, tiens, encore la religion) dans les westerns d’Anthony Mann, avec qui il tournera cinq films. L’acteur y sera rude, notamment dans L’Appât.

Puis il élargira sa palette sous la direction d’Alfred Hitchcock, pour lequel il tournera quatre films dont deux chefs-d’œuvre : Fenêtre sur cour et Sueurs froides. Dans ce dernier film, il proposera une étonnante composition d’homme proche de la folie névrotique. On est très loin de Capra.

Il ne retrouvera l’idéalisme que dans L’Homme qui tua Liberty Valance de John Ford. Comme par hasard pour Ford, l’autre cinéaste social et profondément chrétien d’Hollywood. Chez Ford qui lui aussi exaltait la famille, la solidarité, la rédemption.

James Stewart est devenu avec le temps l’un des acteurs légendaires d’Hollywood, au même titre que Cary Grant, Henry Fonda, John Wayne ou Humphrey Bogart. Une figure universelle du cinéma américain de l’âge d’or. Cette image, il la doit en partie à Mann, à Hitchcock ou à Ford. Mais il la doit pour beaucoup à Capra.

La Vie est belle n’a pas fini de bercer les nuits de Noël de sa grandeur métaphorique, de sa beauté.

Retrouvez les 100 films d’Un siècle de cinéma américain ici : http://www.edition-lettmotif.com/produit/siecle-de-cinema-americain-100-films-1930-1960/

Plus d’infos sur le livre Un siècle de cinéma américain

Continue Reading
Cliquer pour écrire un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d’articles dans Extrait

Publicité

Les plus lus

Guides du scénario

To Top